Retour sur la rentrée des parcours de politiques publiques

Au premier plan, de gauche à droite : Gilles Pollet, Sébastien Gardon, François Darribehaude, Sylvie Mialet, Emmanuelle Soubeyran, Jean-Baptitste Lesort et Renaud Payre

Les promotions 2018-2019 de l’ENSV participaient le 19 septembre à la rentrée officielle des parcours de Master de Politiques Publiques organisée à l’ENTPE. A cette occasion Jean-Baptiste Lesort, Directeur de l’ENTPE accueillait les partenaires de la formation représentés par Emmanuelle Soubeyran, Directrice Générale de VetAgro Sup et Renaud Payre, Directeur de Science Po Lyon.

Cette rentrée est la deuxième du Master MaPP (Master Politiques Publiques) qui se fait en dehors de SciencesPo Lyon après celle organisé l’an dernier à VAS sur le campus vétérinaire. Ce Master est labellisé par l’Université de Lyon depuis 2013, il comporte 3 parcours dont le parcours PAGERS –Politiques de l’Alimentation et Gestion des Risques Sanitaires- expérimenté dès 2009 (avec l’ENSV- VetAgro Sup),  et mis en place officiellement à partir de 2010.
Cette année ce parcours accueille 38 étudiants dont 3 élèves IEP et 35 élèves ISPV pour lesquels il est partie intégrante de leur formation statutaire .
 Ses objectifs:

  • Mieux comprendre les déterminants de l’action publique, les contextes d’action, les jeux d’acteurs.
  • Capacité d’intégration d’autres dimensions que techniques dans la contribution des acteurs de la SPV à la conception des politiques publiques

Ses points forts :
– Des profils d’étudiants variés : étudiants de SciencesPo (SciencesPo Lyon ou d’un autre SciencesPo), des étudiants en SHS, des élèves ingénieurs (Travaux Publics de l’Etat, l’an dernier), des élèves ISPV.

– Des profils d’intervenants variés : enseignants chercheurs sur différentes disciplines (science politique, sociologie économie, histoire), professionnels.

– Des semaines/séminaires  thématiques et plus spécifiques : Evaluation des politiques publiques , Environnement, Risques, Alimentation ouverts , pour certains, aux autres écoles dans le cadre du CHELS par exemple la rentrée officielle de l’ENSV sur le thème de la protection animale de la science au droit ou la cartographie des acteurs de la biodiversité.

– La réalisation d’études, d’enquêtes et de travaux collectifs ou individuels pour le compte de commanditaires publics ou privés par exemple,  en 2018 , une étude sur les problèmes concrets des vétérinaires  lors du dépistage de la tuberculose bovine et les freins à la lute collective, une étude sur les conditions de transport des animaux, entre volonté politique de protéger les animaux et réalités de terrain, ou bien-être des animaux de rente et mobilisations associatives : contestation ou partenariat ?…. Ces dernières années, plusieurs de ces travaux ont été valorisés lors de présentations au niveau national devant les plus concernés par les questions traitées : professionnels, syndicats, administrations qui ont marqué leur satisfaction.

-Cet élément de formation des ISPV est fortement apprécié, depuis qu’il a été introduit, de la hiérarchie et notamment de la haute hiérarchie (chef de corps, DGAL, secrétariat général…)

Des contraintes organisationnelles largement portées par l’ENSV- VetAgro Sup :

Le pilotage opérationnel est assuré par une enseignante de l’IEP, Gwenola Le Naour et un chargé de mission de l’ENSV, docteur en SciencesPo, Sébastien Gardon, principalement dédié à cette mission

– L’encadrement pour les mémoires et travaux collectifs (6 Groupes d’Etudes de Politiques Publiques chaque année, une quarantaine de mémoires individuels) nécessite le recours à un réseau d’intervenants, bien au-delà de SciencesPo, animé également par Sébastien Gardon.

On notera que qu’un parcours complet (M1 et M2) – Enjeux et politiques de santé – existe depuis l’an dernier avec SciencesPo Lyon, Université Lyon 2, Université de Saint-Etienne et VetAgro Sup (dont PAGERS constitue l’une des voies de M2).

photographie : avec la courtoisie de Romuald MARMORAT, ENTPE.