Le travail d’inspection en abattoir, compétence jusqu’alors faite « d’expertises individuelles coordonnées » va devenir progressivement une « compétence collective d’expertise de systèmes », accroissant l’importance de l’encadrement de proximité pour accompagner ces changements (information sur la chaîne alimentaire, inspection visuelle mais aussi diminution progressive des effectifs et réorganisation conséquente des équipes afin de répondre au mieux aux objectifs règlementaires fixés …).
L’INRA et ENSV ont conduit une étude, pour le compte de la Direction Générale de l’Alimentation, pour identifier les outils de management mobilisables par les vétérinaires officiels, cadres de proximité en abattoir :

  1. Outil culturel : la loyauté au service public, l’attachement à la défense de la santé publique, mais aussi la compréhension des problèmes de genres (masculin/féminin) à l’abattoir et le phénomène d’opprobre symbolique entourant les abattoirs, sont des savoirs et savoirs êtres à maîtriser pour fédérer les équipes ;
  2. Outil stratégique : la compréhension des intérêts et des contraintes de la DDSV est un savoir qui doit permettre au vétérinaire officiel de défendre la situation de son service auprès du DDSV ;
  3. Outil gestion d’une équipe :
    • La compréhension des modes particuliers de légitimation du chef de service en abattoir, mais aussi la compréhension des problématiques liées au travail posté et à l’enrichissement des tâches sont des savoirs et savoirs êtres de nature à améliorer la gestion quotidienne des équipes ;
    • La connaissance de différents modes d’organisation d’une équipe, dans un contexte particulier, avec des contraintes particulières non maîtrisées,   avec des obligations de résultats fixées réglementairement
  4. Outil communication : le style de communication à l’intérieur de l’équipe, mais aussi la juste distance à adopter vis-à-vis des exploitants semblent constituer des savoir-faire pour améliorer la posture des vétérinaires officiels

Publication : « le vétérinaire officiel, cadre de proximité du service d’inspection en abattoir », Laure Bonnaud (INRA), Jérôme Coppalle (ENSV).