Cadre de réalisation :

Au cours de leurs cursus de formation, les étudiants réalisent, à la demande d’un commanditaire un travail collectif portant sur les politiques publiques relatives à la santé publique vétérinaire, l’alimentation ou la protection des végétaux.

Les termes de références et le budget de l’étude font l’objet d’une négociation préalable entre les commanditaires et l’ENSV.

L’étude doit permettre d’analyser une question se rapportant à la conception, la mise en œuvre, l’évaluation ou la révision de la politique étudiée et d’élaborer à ce sujet des propositions de réponses opérationnelles.

Les étudiants doivent conduire ce projet en suivant le cahier des charges et en respectant l’enveloppe financière allouée.

Les travaux réalisés font l’objet d’un rapport et d’une restitution en fin d’année sous forme de séminaire.

Objectifs de l’étude :

Les jardins collectifs, autrefois appelés «jardins ouvriers», sont des jardins construits et cultivés collectivement, dont la récolte est utilisée à des fins non commerciales.

L’étude avait pour objectif principal d’analyser la pertinence de ces jardins, par l’exemple du territoire du Grand Lyon, dans la diffusion des messages du Programme national pour l’alimentation (PNA).

Conclusions de l’étude :

Cette étude, menée début 2012, s’est basée sur 25 entretiens et 15 visites de jardins de l’agglomération lyonnaise.

Au-delà de la grande diversité structurelle et de fonctionnement de ces jardins, l’étude établit la diversité des motivation des jardiniers, de la création d’une dynamique de quartier à l’amélioration de l’alimentation, tant en termes de contenu que de qualité.

Commanditaire : Direction générale de l’Alimentation, Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire

Rapport : La pelle et la pioche, des outils politiques ? Les jardins collectifs du Grand Lyon, possibles leviers des politiques de l’alimentation.