Cadre de réalisation

La cysticercose à Cysticercus bovis ou ladrerie bovine est une maladie parasitaire endémique en France. Elle engendre le développement de Tænia saginata, ou ver solitaire, dans les intestins de l’Homme par consommation de viande bovine crue ou mal cuite. De symptômes bénins chez ce dernier, la maladie a surtout un impact économique sur la filière viande bovine suite à la saisie ou à la congélation des carcasses contaminées. Elle influence également la confiance du consommateur dans son alimentation.

C’est pourquoi la Direction Générale de l’Alimentation a lancé une enquête en 2010 au sein de ses services, afin d’obtenir une première évaluation de l’épidémiologie de la maladie en France et de proposer des mesures de contrôle. En effet, à ce jour, la détection de la maladie s’effectue en abattoir lors de l’inspection post-mortem, une méthode à faible sensibilité.

Cette thèse a fait l’objet d’une présentation devant un groupe de travail du Codex Alimentarius (Grange, Irlande) ainsi que lors d’une conférence réalisée par l’ASA (Maisons-Alfort, France).

Questions abordées par l’étude
Les données de cette enquête ont été analysées dans ce travail de thèse. Cela a permis entre autres d’évaluer la prévalence de la maladie, l’évolution annuelle des cas ainsi que l’influence de différents facteurs de risque. Des recommandations pratiques pour le contrôle de la cysticercose ont été formulées grâce à l’étude bibliographique et à l’analyse de l’enquête, que ce soit à l’abattoir ou à d’autres niveaux du cycle parasitaire.